Illkirch Graffenstaden - Club Vosgien - STIG

Histoire

La Société de Tourisme d'Illkirch Graffenstaden a vu le jour le 21 mai 1921 sous l'impulsion de quelques membres de la Société Chorale "Sänger Kraenzel". Lors de sa fondation, la STIG comptait 47 membres. Monsieur Moesner en était le premier président. 

Il convient de citer l'article 2 des statuts :

"1. L'association a pour but d'éveiller l'amour de la nature, et de fortifier le corps et l'âme par l'exercice du tourisme et la pratique du sport en montagne.

2. Ce but doit être atteint par des excursions, par des cours d'initiation aux sports de montagne, des conférences, la protection de la nature, l'acquisition de refuges, l'aide aux mouvements analogues ayant les mêmes fins"

Clairvoyants et enthousiastes, les fondateurs de la société pourraient constater qu'aujourd'hui, les activités réalisées ne divergent guère des ambitions initiales !

Un pied à terre fut construit en 1925 près de Grendelbruch, par les pionniers, il s'agit du "Hohbuhl". En 1958/59, la source sera captée afin d'avoir enfin l'eau courante dans le bâtiment. Une nouvelle construction adjacente se rajoutera en 1961-62, et l'année suivante, l'ancien bâtiment sera démoli et reconstruit devenant l'endroit idéal pour ceux qui viendront chercher détente et loisir.

Dans les années 1940, l'association comptait 500 membres.Pour son cinquantenaire en 1971, il y en avait encore 303.Scan0008 2

Le chemin parcouru depuis la création est immense, au vu des réalisations et activités : refuge du Hohbuhl, refuge du Gaschney, marches d'orientation, sorties pédestres, compétitions de ski, voile, marche nordique,...

De grandes randonnées à pied à travers le massif vosgien furent les premières manifestations sportives. Mais afin de sortir des sentiers battus, il fallait pouvoir lire les cartes topographiques. C'est ainsi que furent mis en place les premiers concours d'orientation. Ces derniers permettaient d'obtenir une palmette argent ou or pour les plus méritants.

Se rajoutèrent une fois l'an, en principe le 14 juillet, des sorties alpestres, en Suisse ou dans le Tyrol autrichien.

Avant la guerre, le ski se pratiquait déjà. Mais il fallait une bonne dose d'enthousiasme pour chausser des skis en frêne à grandes spatules relevées, des bâtons en bois de noisetier, avec des knickers aux pieds. Et les remonte pente n'existant pas encore, il fallait remonter à pied ou chausser des peaux de phoque. Quant à l'accès à la station la plus proche, le Champ du Feu, il fallait compter 4 heures de transport, avec le tramway d'antan,puis le train omnibus jusqu'à Rothau et le reste à pied bien entendu avec de la neige fraiche jusqu'aux genoux.

En 1958, la STIG sous l'impulsion du président Charles Rudolf créa la première école de ski pour jeunes en dessous de 15 ans. C'est ainsi que fut acquis un chalet au Gaschney, permettant d'entraîner les jeunes compétiteurs, d'autant que toutes les compétitions se passaient au Gaschney. Et ce furent les "Jeudis de neige" encadrés par Madame Rudolf et les équipes de moniteurs. Footing et exercices tous les dimanches matin d'automne et les mercredis soirs d'hiver, avec des vacances en Autriche et les stages de ski au Gaschney permettent de passer le brevet simple puis supérieur et ensuite de devenir jeune slalomeur. Une centaine d'enfants seront accueillis annuellement à l'école de ski de la STIG.

BarifestUne nouvelle activité se rajouta dès l'origine, mise en place par le comité des fêtes, il s'agit d'une journée de distraction appelée "Fête montagnarde" ou Barifescht l'avant dernier dimanche du mois d'août. Dès le samedi soir, au Hohbuhl, un orchestre joue des morceaux entrainants, un buffet bien garni et une cuisine soignée attend les participants. Tombola, dons, messti avec un char réalisé pour l'occasion, bals populaires permettent de remplir les caisses de l'association. L'activité cessera dans les années 2000.

Mais le ski se démocratise, les Vosges sont de moVoyageins en moins enneigées, et les Alpes plus attractives pour parents et chérubins. De ce fait l'activité disparaît, malgré sa modernisation en rajoutant le snowboard. Tout comme l'activité des marches d'orientation qui se réduit à peau de chagrin par manque de participants. 

1995 naît une nouvelle animation : la Maïkur, grande marche populaire organisée chaque année le 1er mai, en partenariat avec la Ville d'Illkirch Graffenstaden. Animations et attractions en feront partie ainsi que le "bal du muguet". Selon les années, cette activité tributaire de la météorolgie regroupe entre 300 et 1100 participants.

La STIG va également adhérer à la grande famille famille du Club Vosgien et inaugurer le 1er mai 1996 son premier sentier balisé, le circuit Illgraff, de 10 km balisés d'un anneau rouge.Inauguration sentier Il sera suivi en 1998 par le circuit des Lisières du Rheingarten le "Rhin Pfad", sur 8 km, balisés d'un triangle jaune.

D'autres activités vont se rajouter :

- séances de gymnastique tous les mardis soir au Gymnase Schlossmatt

- les séjours d'une semaine se font également dans le Jura, Massif central, Alpes autrichiennes, suisses ou italiennes.

- des sorties culturelles : découverte de l'Opéra, etc.

- des week-ends cheval/VTT seront organisés au Hohbuhl

- d'autres week-end vont prendre le relais : raquettes, hébergement en yourte, bivouac, sorties canoë ou en calèche

Enfin, en 2011, une nouvelle discipline alliant marche et effort physique va séduire un large public, il s'agit de la marche nordique, proposée deux fois par semaine au parking des Etangs de Pêche, en bordure de la forêt d'Illkirch-Neuhof.

Toujours en 2011, suite à des inondations, le refuge du Hohbuhl est fermé, après passage des la Commission de sécurité et de lourds et longs travaux sont entrepris par quelques bénévoles enthousiastes et dynamiques, pour arriver à réouvrir en 2015, avec un refuge astiqué et reluisant comme aux plus beaux jours.

Nouveau tournant en 2017 : les bénévoles se faisant de plus en plus rares, la localisation éloignée du refuge du Gaschney et les normes de sécurité contraignantes amènent le comité à décider de céder le refuge. La vente permettra de concentrer les efforts sur le refuge du Hohbuhl.

Merci à tous les "Anciens" qui ont laissé leurs écrits dans la brochure du 50ème anniversaire notamment ainsi que les plaquettes : Charles Rudolf, Michel Bissmann, Jean Jacques Weber, René Jund, Dotter Jean Pierre, Jung Marcel, Schultz Alphonse, Lucien Hans, Bernard Lindemann, Schertzer Ernest, Jean-Georges Duringer, Annie Kienzle, Francis Leroy, Michel Robert, Bernard Gerhard.

 

 

 

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 02/05/2017